Inondations, une catastrophe naturelle ?

L’histoire de la goutte d’eau qui cherche une nappe phréatique…

TOUS LES ARTICLES

40 litres d’eau au m2 en 24 heures et c’est une catastrophe pas très naturelle. L’humain, le citoyen, le politique aimeraient pouvoir remettre ces inondations sur le dos des précipitations. Et pendant que les caméras filmaient les torrents d’eau et de boue traversant les rues et les maisons des malheureux habitants, en forêt, aucune inondation observée, pas de coulées de boue n’en plus. Pourquoi ?

C’est parce que nos forêts absorbent jusqu’à 150 litres d’eau de pluie au m² et par heure, c’est ainsi depuis la nuit des temps. Sur notre merveilleuse planète, la végétation est partout adaptée aux précipitations. C’est pourquoi une forêt tropicale absorbe jusqu’à 300 litres d’eau au m² et par heure. L’eau de pluie est ainsi drainée vers les nappes phréatiques, ces indispensables réserves naturelles.

L’Institut Royal Météorologique nous informe que les pluviomètres de Jalhay (271,5 mm), Spa (217,1 mm) et Neu-Hattlich (189,0 mm), et celui du Mont Rigi de l’IRM (192,4 mm) ont reçus cette eau en 24 heures. On est loin des 150 litres par heure !

 » Et si la catastrophe était simplement d’origine humaine… un désastre parmi d’autres, le fruit d’une gestion calamiteuse des territoires ? « 

Et si la catastrophe était simplement d’origine humaine… un désastre parmi d’autres, le fruit d’une gestion calamiteuse des territoires ?

Prenons l’exemple des grands espaces agricoles, un sol cultivé (labouré, etc.) absorbe environ 1 litre d’eau de pluie au m² et par heure. Faut-il énumérer les zones bétonnées, les toits, etc. qui n’absorbent pas d’eau de pluie. Au contraire, elles drainent rapidement l’eau vers les canalisations, vers les rivières… et parfois à travers nos rues et maisons.

Quel est le coût matériel de ces inondations ?

Combien d’arbres aurait-on pu planter avec cette somme ?

Sachant que chaque arbre draine l’eau de pluie vers les nappes phréatiques, chaque arbre séquestre du CO2, ajoute de la beauté dans le paysage, nous offre de l’oxygène, de la fraîcheur, des fruits et du bois, accueil la biodiversité, etc. C’est incroyable de l’avoir à ce point délaissé.

A une époque lointaine les arbres ont fait de nous des êtres sociaux, malheureusement avec une mémoire sélective et c’est cela la véritable catastrophe.

Dans le « Monde de demain* » les arbres vont reprendre leurs droits avec ou sans nous, nous serons une civilisation arboricole ou nous ne serons plus. C’est ainsi.

* terme désuet et rigolo datant de la période du premier confinement.

Luc Koedinger, co-fondateur de « Canopée, coopérative en Agroforesterie ».

Sources: « Le sol, la terre et les champs » de Lydia et Claude Bourguignon concernant la perméabilité des sols et le site de l’IRM concernant les précipitations…

 

https://www.meteo.be/fr/infos/actualite/ce-que-lon-sait-sur-les-pluies-exceptionnelles-des-14-et-15-juillet-2021

Voir aussi l’article suivant:

L’arbre, une usine à stocker du CO2.

 

(Copyleft)